Elle est vivante !

Vous connaissez les Rognures ? Ne vous fiez pas à leur petit air sympathique et leur allure bonhomme ! Ces créatures de l’ombre se font une joie de donner du fil à retordre aux Dreamers… plutôt deux fois qu’une !

Manu s’est amusé à animer une rognure sous Photoshop. Il nous en dit plus.

Animation-Manu

On me l’avait murmuré dans de sombres alcôves de tavernes enfumées uniquement fréquentées par des gribouilleurs assidus. La légende était parvenue depuis longtemps à mes oreilles mais elle ne restait pour moi qu’une rumeur… Et pourtant, un jour que je devisais intérieurement sur la problématique de créer  » facilement  » des sprites animés en 2D, la rumeur, que dis-je, la légende revint à mon esprit. Curieux, j’ai donc fais une petite recherche sur internet et voilà… La légende devint réalité.

Il est possible d’animer sur Photoshop

Comment ? Dans le menu Fenêtre, vous verrez apparaître cet onglet « Montage » !

De là, vous verrez apparaître au bas de la fenêtre de Photoshop un banc de montage permettant même des effets de transitions comme des fondus.

Là, vous avez deux options possibles : créer une animation image par image ou créer un calque animé. En fait, l’idéal est de jongler entre les deux. Mais pour animer un personnage, j’avoue avoir trouvé que l’image par image était la solution la plus simple.

Dévoré de curiosité, j’ai donc choisi de tester cette nouvelle possibilité, en réalité à mes yeux rien de moins qu’un nouveau jouet, avec notre sympathique Rognure. La Rognure dans Revery – Duel of Dreamers mériterait un article à elle seule… J’éviterai donc de m’attarder sur l’importance de cette bestiole. Mais, me voilà donc à composer une petite démarche rigolote, un peu dandinante, image par image avec l’aide précieuse de la bible « Cartoon, l’animation sans peine » par Preston Blair, que je conseille vivement !

Pas-à-pas

J’ai donc procédé comme en animation traditionnelle : j’ai créé une image de ma Rognure jambes écartées en marche telle que je l’imaginais. Ensuite, l’étape de fin de pas ou le poids est réparti sur une seule jambe. Enfin, j’ai recréé les étapes intermédiaires en jonglant avec l’opacité des calques pour simuler un effet « pelure d’oignon » (que l’on ne trouve pas dans le travail image par image mais dans les caques animés).

Après quelques heures et très peu de tâtonnements pour qui connaît bien Photoshop, me voilà exultant, hurlant aux cieux ma joie en un cri désormais célèbre :  » Vivannnnnte ! elle est vivannnte ! » Il ne me manquait plus que l’orage en fond !

Animatique

Bref, voilà ce que j’appelle une petite « animatique ». Je pousse actuellement de plus en plus ma découverte de ces fonctionnalités qui obéissent à quelques règles étranges (comme par exemple le fait qu’un calque visible à l’image 1 sera visible sur toutes les autres images).

Cela demande un peu de rigueur mais avec un petit travail préparatoire, une bonne découpe du personnage en pantin et un peu de retouche à chaque image (c’est là qu’animer sur Photoshop devient vraiment intéressant) pour effacer les faux raccords ou ajouter un peu de lumière sur le personnage, on finit par obtenir des animations super intéressantes tout en conservant la patte graphique de votre artiste.

Je vous invite donc à tester cette option qui ouvre quelques belles perspectives (et que nous avons d’ailleurs utilisé lors de la Global Game Jam). Pour ma part, je continuerai mes explorations à base de Rognure, qui est un personnage assez simple pour me permettre des essais d’animations très rapides. Et, bien entendu, je ne manquerai pas de vous montrer le résultats de ces expériences.

Beeeewaaaare mortals! My creature is comiiiing!! (vous êtes priés de lire cette dernière phrase en roulant les R).